Archives par mot-clé : réglementation thermique RT2018

La réglementation thermique RT2018 ou RE2018

Que sera la future réglementation thermique ?

RE2018Les rumeurs vont bon train… La future réglementation thermique fait couler beaucoup d’encre et c’est donc le moment de relever l’ancre pour aborder le sujet. En fait de réglementation thermique, il pourrait s’agir d’une réglementation environnementale RE2018.

Car la date d’application est connue : ce sera 2018…

  • 2018 pour les bâtiments publics qui devront montrer l’exemple.
  • 2020 pour toutes les autres constructions, y compris les maisons individuelles évidemment.

Certains pensent que la future réglementation pourrait être dénommée « RT2020 ». Or, pour rappel, la RT2012 a été imposée à toutes les constructions en 2013, et elle s’appelle toujours la RT2012 ; date de son premier lancement.

La RT2018 pourraient bien devenir une RE2018 ! RE pour Réglementation Environnementale, car cette réglementation prendra en compte des paramètres qui vont au-delà de la simple thermie du bâtiment.

RE2018 et performance énergétique

Comme toutes les réglementations thermiques, la RE2018 imposera pour toutes les constructions nouvelles des performances énergétiques supérieures à la précédente.

La RT 2012, prévue par le Grenelle de l’environnement et le label BBC, était destinée à diviser par 3 la consommation énergétique des constructions, à 50 kWh/m² par an maximum, en limitant le chauffage, la climatisation, l’éclairage, l’eau chaude sanitaire et la ventilation.

La RE 2018 va imposer une production d’énergie supérieure à la consommation. La dépense devra donc être inférieure à 0 kWh/(m².an) !

Une meilleure isolation

Comme nous le répétons depuis si longtemps, la meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas. Aussi, la meilleure méthode pour réduire la consommation d’énergie est d’isoler mieux les constructions.

Or, isoler « mieux » ne veut pas dire forcément « plus ».

Une meilleure isolation de l’enveloppe peut s’opérer en améliorant les techniques de pose, la qualité des isolants eux-même, et l’étanchéité à l’air de l’enveloppe globale.

Il faudra aussi réduire considérablement les ponts thermiques en isolant par l’extérieur ou en désolidarisant les façades de la structure.

BEPOS : Une production supérieure à la consommation

BEPOS
BEPOS selon EFFINERGIE

Certains ont imaginé et mis en oeuvre le concept de la maison « passive ». Les constructions passives utilisent l’énergie produite et généralement perdue de l’activité humaine (éclairage, cuisson, communication…) pour chauffer le bâti. Cette technique est discutable car l’objectif recherché est de réduire aussi ces parts d’énergie. Qui plus est, dans certaines circonstances, ces sources d’énergie deviennent insuffisantes.

Ainsi, les ventilations double-flux sont un excellent exemple de système récupérant l’énergie perdue de l’activité humaine pour préchauffer l’air qui est insufflée dans le bâti.

Mieux que passif, la réglementation environnementale RE2018 s’appuiera sur le concept de la maison « positive ». Les constructions devront tout simplement produire plus d’énergie qu’elles n’en consommeront.

Aussi, pour produire de l’énergie, il y aura au choix soit d’utiliser des capteurs solaires thermiques pour produire de l’eau chaude, soit un poêle ou une chaudière à bois, des panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité ou encore d’être raccordé à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables à au moins 50 %.

L’association Effinergie, qui a fêté ses 10 ans en 2016, a mis en place un label appelé BEPOS-Effinergie 2013 qui sera sans doute le précurseur de notre RE2018.

Une construction économe

Il ne faut pas voir dans la consommation d’une construction que celles utilisées pour la chauffer et l’éclairer. La future RE2018 prendra aussi en compte l’énergie qu’il aura fallu dépenser pour la construire : c’est l’énergie grise.

Effectivement, certains matériaux sont très consommateurs en énergie grise. C’est le cas du verre pour les vitrages et de la laine de roche, par exemples, qui nécessitent l’utilisation de fours extrêmement puissants pour faire fondre les matières premières.

Un emplacement économique

L’éco-mobilité désigne la performance d’un terrain vis-à-vis de l’accès aux services (travail, écoles, commerces, loisirs…). La méthode consiste à calculer les impacts environnementaux de chaque mode de transport selon les distances moyennes à parcourir.

La prochaine réglementation sera donc « environnementale » car elle devrait prendre en compte cette éco-mobilité.

L’association Effinergie a développé un site internet qui permet de calculer cette éco-mobilité. Faites l’essai !

Comprenons que s’il faut acheter un véhicule supplémentaire pour économiser sur le coût du terrain… l’économie à la construction peut rapidement devenir négative à l’usage.

Ne pas attendre la réglementation thermique et environnementale RE2018

En améliorant dès maintenant la qualité de leurs constructions, nos clients prévoient l’avenir.

  • Les constructions exemplaires d’aujourd’hui pourront concurrencer à moindre mal les constructions de 2020.
  • Les entreprises innovantes ont déjà une longueur d’avance ; elles conserveront cette avance en 2020 quand il faudra proposer des solutions économiques.

Depuis le 21 octobre 2016, vous pouvez participer officiellement à l’expérimentation énergie-carbone et obtenir ainsi 30% de surface supplémentaire sur l’occupation au sol.

Nous vous conseillons les services de notre partenaire GThermik pour réaliser une étude thermique RT2012 -20%.

Pour plus d’information et pour échanger concernant la réglementation environnementale 2018, vous pouvez consulter et vous inscrire sur le site d’information http://reglementation-environnementale-2018.fr.

Les constructeurs exemplaires font confiance à ANAIS-EXPERTISES.

Appelez-nous au 09.8008.5008.

image_pdf