Archives de catégorie : Conseils

Retrouvez ici les conseils d’ANAIS EXPERTISES pour ne pas transformer votre projet de location en galère !

Campagne de prévention – monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité par toxique. Ces accidents mortels sont d’autant plus regrettables qu’ils sont évitables. Retrouvez ici et partagez largement les conseils d’ANAIS EXPERTISES.

Mieux comprendre le monoxyde pour mieux le combattre

Le monoxyde de carbone est un gaz mortel car il lui manque une molécule d’oxygène. Sans oxygène, pas de vie !

Le monoxyde de carbone, de symbole CO, est incolore, inodore, et non irritant. Il est donc naturellement indétectable ! Il faut disposer d’un appareil spécifique pour le mesurer.

Ce monoxyde est produit dans les logements par des appareils mal entretenus ou défectueux. La mauvaise combustion, flamme jaune, est accentuée par une alimentation en air frais insuffisante. Le pire arrive aussi lorsque l’évacuation des gaz brûlés est de mauvaise qualité ou mal entretenue.

Prévenir plutôt qu’en mourir !

Notre premier conseil est celui-ci : Inspectez votre logement et vos habitudes.

Contrôles à réaliser avant l’hiver :

  • Faites contrôler et entretenir vos appareils de combustion.
  • Faites ramoner et contrôler l’étanchéité de vos conduits.
  • Vérifiez et nettoyer vos entrées d’air frais.

Pour votre sécurité et votre assurance, faites réaliser ces opérations par un professionnel qualifié. Recherchez une entreprise qualifiée QUALIBAT dans la rubrique Cheministe/Fumiste/Ramoneur. Voyez aussi auprès des centres de formation. Sur internet, vous pouvez trouver par exemple une personne ayant un diplôme de Ramoneur-Fumiste délivré par le COSTIC. Avec votre facture, l’entreprise doit vous délivrer une attestation d’entretien annuel.

Erreurs à ne pas commettre :

  • N’utilisez jamais de façon prolongée des appareils de chauffage d’appoint, même s’ils sont pourvus d’un dispositif de sécurité.

Les appareils d’appoint sont dépourvus de conduit d’évacuation. Même si la combustion est bien réglée, la flamme consomme forcément de l’oxygène et produit toujours un peu de monoxyde.

  • Ne vous chauffez jamais avec des appareils non destinés à cet usage (gazinière, four, barbecue, braséro…).

Certains appareils peuvent entrer en surchauffe, d’autres émettent des gaz polluants très dangereux.

  • N’allumez jamais des matériels à combustion destinés à un usage extérieur (groupe électrogène, scooter, voiture…) dans un espace clos (logement, garage, sous-sol, cave, cellier…).

Il ne faut parfois que quelques secondes pour perdre connaissance. Combien de temps faudra-t-il pour vous retrouver au sous-sol ou au fond du jardin dans un garage ?

Se protéger du monoxyde de carbone :

Même avec un équipement très récent et bien entretenu, la meilleure des protection est de veiller au renouvellement d’air du logement.

  • Ventilation : Ne bouchez jamais les entrées et les sorties d’air. Faites vérifier le fonctionnement du moteur de ventilation mécanique au moins une fois tous les 5 ans.
  • Aération : Aérez quotidiennement l’ensemble du logement pendant 10 minutes. L’idéal est de créer un courant d’air le matin au réveil pendant 5 minutes, puis un deuxième juste avant de se coucher le soir.

Ne confondez pas aération et ventilation. Les deux sont indispensables.

Réagir rapidement

En cas d’intoxication au monoxyde de carbone

Voici les premiers symptômes :

  • Maux de tête
  • Vertiges
  • Nausées
  • Vomissement

Ce qu’il faut faire rapidement, mais sans paniquer :

  • Aérez immédiatement le logement
  • Eteignez tous les appareils
  • Evacuez les lieux
  • Appelez les secours

Pour en savoir plus sur le monoxyde de carbone :

Mieux vaut prévenir que guérir

Faites réaliser un audit de votre logement par ANAIS. Nous pouvons réaliser un contrôle complet de :

  • La qualité de votre ventilation
  • L’étanchéité à l’air entre votre logement et les locaux annexes
  • La présence ou non de polluants (Monoxyde, Formaldéhyde, Composé organiques volatiles COV…)
  • La présence d’humidité et de moisissures

Soyez vigilants et soignez-vous bien.

    Votre nom

    Votre email

    Téléphone

    L'adresse de votre projet :
    , et Rue :

    CP , et Ville :

    Votre message

    La transmission d’informations via ce formulaire implique l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Vous êtes notamment informé que ces informations sont nécessaires à l’exécution des prestations et services demandés à ANAIS EXPERTISES. En conformité avec les dispositions de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir de https://anais-expertises.fr a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vos coordonnées ne seront conservées que pendant 12 mois sur notre serveur mail si vous ne passez pas commande. Nous n'établissons pas de fichier de prospects. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, et de suppression des données qui vous concernent (article 34 de la loi Informatique et Liberté nº 78-17 du 6 janvier 1978). Pour l’exercer, adressez-vous à ANAIS par mail à webmestre[arobase]anais-expertises.fr, par téléphone (0980085008), ou par courrier (ANAIS EXPERTISES, Rue du Grand Chemin, 14630 CAGNY) ou en expliquant dans le présent formulaire que vous souhaitez que nous effacions tous les messages vous concernant.

    CONSEIL ANAIS – Améliorer la ventilation de son logement

    La ventilation d’un logement constitue une part non négligeable des dépenses énergétiques. Il est vrai que le renouvèlement de l’air chaud par de l’air frais crée une consommation d’énergie d’environ 20%. Mais saviez-vous qu’en limitant ou pire en supprimant la ventilation vous augmentez globalement votre consommation d’énergie de 15% ? Et ce n’est pas le pire…

    L’épidémie mondiale de Covid19 a été l’occasion de rappeler haut et fort que la ventilation des lieux clos permet d’assainir l’atmosphère. Inversement, l’absence de ventilation favorise le développement de micro-organismes.

    Idées reçues concernant la ventilation

    « J’ai fermé les bouches d’entrée d’air de la ventilation pour économiser du chauffage… »

    Est-ce que diminuer la ventilation réduit la consommation d’énergie ?

    Réponse n°1 :

    C’est très facile de chauffer de l’air, beaucoup plus que de chauffer de l’eau.

    En arrêtant la ventilation d’un logement, le taux d’humidité de l’ensemble du mobilier et de l’immobilier passe de 0-5% à 12-19%. Cela signifie que le logement contient dans ses murs et ses meubles des centaines, voir des milliers de litres d’eau en trop.

    Sur cette photo, un exemple de mesure beaucoup trop élevée.

    Vous craignez d’avoir à chauffer l’air frais qui pénètre par la ventilation ? N’y pensez plus ! Il faut très peu d’énergie pour chauffer de l’air sec. Par contre… cela va vous coûter bien plus cher de chauffer de l’air humide.

    Exemple : Si on considère un plain-pied de 80 m², les murs en pierres constituent environ 65 m3 de matériaux. Avec un taux de 5% d’humidité, les murs vont contenir 3,2 m3 d’eau, soit 3200 litres ! Or, chauffer une piscine de 3200 litres d’eau tout l’hiver… cela coûte cher.

    Réponse n°2

    Chaque changement d’état de l’eau consomme de l’énergie.

    Parfois à l’état vapeur dans l’air, parfois à l’état liquide dans les murs, l’excès d’humidité dans le logement consomme beaucoup d’énergie pour changer d’état physique.

    On lit dans Wikipedia : « L’évaporation est un passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux. Ce phénomène est donc une vaporisation progressive qui a pour effet d’absorber de l’énergie thermique et donc de réduire la température de l’environnement. » – licence CC BY-SA.

    Réponse nº3

    L’air humide est inconfortable

    Plus l’hygrométrie est importante, plus le corps est sensible aux courants d’air. Le moindre courant d’air crée des coups de froids désagréables qui incitent à surchauffer le logement. C’est pour cela qu’il y a une différence notable entre la température réelle et la température ressentie.

    La température ressentie est un indice qui exprime la sensation de froid ou de chaleur en fonction de la température mesurée, du vent et de l’humidité relative.

    Par exemple, après une douche dans une pièce bien chaude, qui n’a jamais ressenti un coup de froid quand quelqu’un ouvre la porte ? La conclusion est simple : humidité + courant d’air = sensation de froid.

    Et notre expérience démontre que les gens qui vivent dans des logements humides ont tendance à surchauffer (21°C au lieu des 19ºC conseillés). De ce fait, la note de chauffage augmente vite : 7% de plus par degré.

    Réponse nº4

    L’humidité crée des pathologies

    Les murs qui contiennent trop d’humidité favorisent le développement de moisissures. Or, il est très compliqué de se débarrasser des moisissures et cela peut finalement coûter aussi très cher.

    Les moisissures noires qui apparaissent dans les angles de plafonds et de menuiseries ne sont que la partie apparente de l’iceberg. La partie visible est infime par rapport au reste du champignon qui s’est développé dans le mur. Malheureusement, les moisissures noires sont particulièrement toxiques et allergènes. Les travaux nécessaires pour s’en débarrasser sont relativement importants. Prévoyez à minima :

    • Un ponçage
    • Un traitement antifongique
    • Un éventuel traitement hydrofuge
    • Un remise en peinture

    Ce sont des travaux qui nécessitent l’intervention d’un professionnel. Nous vous recommandons par exemple l’intervention d’un professionnel comme l’entreprise TAP3D pour réaliser un traitement antifongique efficace.

    Si vous avez des moisissures chez vous, c’est qu’il y a un problème d’excès d’humidité. Ce n’est pas forcément à cause de la ventilation, qui doit être contrôlée évidemment, car cela peut venir d’autres sources (fuite, infiltration, défaut d’usage, humidité tellurique…). Une expertise s’impose. L’expert ANAIS vérifiera aussi que des champignons plus dangereux ne se sont pas développés (Mérule…).

    Pour nettoyer les moisissures sur un placoplatre, je vous recommande l’article de Saint-Gobain-Placo®. Vous remarquerez la même conclusion qu’ANAIS EXPERTISES : “Si celles-ci sont étendues, faites appel à un professionnel. Il dressera le diagnostic en mesurant le niveau d’humidité, en définissant sa source et le traitement adéquat, il saura répondre à la problématique : comment enlever de la moisissure sur un mur en Placo® en la traitant“.

    Votre conclusion ?

    Alors, qu’en pensez-vous ? Allez-vous obturer vos entrées d’air cet hiver ?

    Vous avez un problème de performance énergétique ? Appelez-nous.

    Vous avez un problème d’humidité ? Appelez-nous.

    Vous avez aimé cet article rédigé par votre expert ANAIS (Pascal MORIN) ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

    Merci pour votre fidélité.

    Comment réaliser des économies d’énergie dans son habitat ?

    Face au réchauffement climatique et à l’épuisement des ressources, il est devenu primordial d’œuvrer pour la diminution de la dépense énergétique. Cela permet de réduire son impact écologique, mais aussi de faire des économies sur vos factures d’énergie.

    Il existe plusieurs façons de réaliser des économies d’énergie dans son habitat :

    Economie d'énergie
    • Négocier le prix du kWh
    • Adopter des gestes éco-responsables
    • Investir dans de la domotique
    • Entretenir le bâti et les équipements
    • Réaliser un audit

    Tous ces moyens sont complémentaires et permettent de réduire grandement les dépenses énergétiques du foyer. Si vous voulez savoir plus en détails comment faire des économies d’énergie, cet article est fait pour vous.

    Bien choisir son fournisseur d’électricité

    Trouver le contrat parfait grâce à un comparateur d’énergie

    Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, il est possible de choisir librement son fournisseur d’électricité. Cependant, faire son choix parmi tous les fournisseurs d’énergie n’est pas une tâche facile. Il en existe plus de trente et ils proposent chacun des offres variées.

    Heureusement, vous pouvez vous faire aider dans votre recherche par un comparateur d’énergie. Il s’agit d’un outil en ligne gratuit qui va trier les offres à votre place et vous dénicher celle qui est la plus adaptée à votre consommation.

    Grâce au comparateur d’énergie, vous pourrez trouver l’offre la moins cher et qui vous permettra de faire le maximum d’économies d’énergie. Vous pouvez indiquer au comparateur de ne chercher qu’un type précis d’offres, comme par exemple les offres vertes.

    Le prix de l’abonnement au compteur EDF

    Lorsque l’on parle de “compteur EDF”, on fait en réalité référence au compteur d’électricité qui est la propriété d’Enedis. Le compteur d’électricité ne peut être associé qu’à un seul contrat d’électricité, c’est pourquoi une mise en service du compteur est nécessaire à chaque changement de fournisseur d’électricité. Le prix de la mise en service dépend de l’urgence de la situation. En effet, plus l’ouverture du compteur est urgente, plus le tarif est élevé.

    La mise en service du compteur ne peut se faire qu’après avoir souscrit à une offre d’électricité. Vous trouverez ici le prix de l’abonnement au compteur EDF.

    Les autres moyens de faire des économies d’énergie dans son logement

    Réaliser un audit du logement et de sa performance énergétique

    L’audit de performance énergétique est un bilan qui permet d’estimer la consommation énergétique annuelle d’un bâtiment et de suggérer des travaux pour améliorer ses performances énergétiques. Cet audit doit être réalisé par un professionnel connaissant bien le bâtiment.

    Evidemment, toutes les solutions d’isolation ne se valent pas. Certaines ne sont pas compatibles avec les logements anciens. Les équipements aussi doivent être adaptés à la dimension du logement, à sa performance et à vos goûts en terme de confort.

    De plus, avant d’isoler, il faut avant tout résoudre les problèmes d’humidité. Il ne faut jamais appliquer un doublage ou un revêtement sur un mur humide. Quelque soit la solution proposée par votre artisan soit-disant plein d’expérience, l’humidité se propagera toujours dans l’isolant. L’isolant va perdre de son efficacité, le mur va continuer de se dégrader, et d’autres pathologies vont apparaître : moisissures, champignons, insectes, salpêtre… Vous risquez même un procès pour vice caché en cas de revente.

    Le recours à un expert thermicien est donc indispensable. Chez Anaïs, nous disposons pour cela d’une assurance décennale auprès de la SMA-BTP ; elle nous permet de vous prescrire sereinement vos travaux de rénovation. Vous pourrez ainsi au choix, soit réaliser les travaux vous-même en suivant nos conseils, soit utiliser notre rapport pour consulter des entreprises.

    Prendre soin de son logement

    Pour réduire ses dépenses, il faut bien entretenir son logement. Les travaux de réparations lourdes peuvent être évités ou au moins bien retardés quand la construction est soigneusement entretenue.

    Ensuite, une bonne isolation sera une barrière efficace contre les dépenses énergétiques. Après avoir résolu les problèmes d’humidité, ce sera la chose la plus importante à rénover, bien avant de s’attaquer au chauffage. D’ailleurs, la puissance de ce dernier dépend de la qualité de l’isolation ; d’où l’importance de réaliser un audit.

    L’audit est un outil puissant qui permet de calculer la performance énergétique avant et après travaux.

    Enfin, il faut prévoir un budget. Si vous souhaitez entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans votre logement, sachez que le gouvernement met à disposition différentes aides financières. Ces aides vous aideront à mener à bien vos travaux de rénovation. Nous pouvons évidemment vous expliquer comment ces aides fonctionnent.

    Prendre rendez-vous avec un expert thermicien

    Nous pouvons convenir d’un rendez-vous généralement sous une dizaine de jours après l’acceptation de notre offre. Commencez donc par nous demander un devis. Selon votre situation géographique, nous vous dirons si nous pouvons intervenir. Appelez tout simplement et gratuitement le 09.8008.5008 ou remplissez notre formulaire de contact.

    A bientôt !

    Comment rendre votre logement éco-responsable ?

    L’éco-responsabilité est devenue un concept incontournable de nos jours. En effet, l’écologie constitue la préoccupation d’une part de la population de plus en plus grandissante. Rendre son logement éco-responsable passe principalement par une réduction de la consommation d’énergie, car les habitations consomment abusivement de l’énergie. Voici comment s’y prendre pour avoir une maison éco-responsable !

    Trouver le fournisseur d’énergie qu’il vous faut

    Utiliser un comparateur gaz

    Il faudra commencer par trouver le bon fournisseur de gaz, qui correspond à vos besoins et objectifs. Depuis 2007, il est possible, pour chaque consommateur, d’opter pour le fournisseur gaz de son choix. Pour faire le meilleur choix, la solution idéale serait de faire appel à un comparateur de gaz. Vous trouvez ainsi la meilleure offre, adaptée à vos attentes en économie d’énergie. Vous pourrez ainsi confronter les différentes offres des fournisseurs de gaz et déterminer celle qui vous convient le plus.

    Il existe en ce moment 4 types d’offres gaz au niveau du marché : les offres à prix fixes, celles à prix fixes mais qui peuvent être révisées à la baisse, celles aux prix indexés à la réglementation et les offres avec des prix réglementés qui ont été fixés par les pouvoirs publics. Si vous recherchez un comparateur de gaz, vous obtiendrez des informations cet article.

    ERDF pour un raccordement électrique

    Enedis (ex-ErDF) est une filiale d’EDF et fournit à celui-ci l’électricité. Si vous avez un nouveau logement, il faudra faire appel à ce distributeur pour effectuer le raccordement électrique. Une fois que vous avez raccordé votre logement, vous pouvez souscrire à une offre d’électricité.

    Choisir un fournisseur d’énergie alternatif

    Depuis 2007, et l’ouverture du marché de l’énergie, on a assisté à l’apparition des fournisseurs alternatifs. Ainsi, EDF n’est plus le seul fournisseur d’énergie et compte plusieurs concurrents. En plus d’EDF et Engie, qui sont des fournisseurs historiques, voici la liste de quelques fournisseurs d’énergie que vous pouvez choisir, ils sont appelés les fournisseurs alternatifs.
    • Total Direct Energie
    • Vattenfall
    • Eni
    • Enercoop
    • Mint Energie
    • Alterna
    • Cdiscount énergie
    • GreenYellow
    • Electricité de Provence
    • Energem
    • Ohm Energie
    • Urban Solar Energie
    • Elecocité
    • Gaz électricité de Grenoble.

    Derniers conseils pour rendre son logement éco-responsable

    À part l’aspect énergétique, il y a des travaux à mener pour mieux réduire sa consommation d’énergie. Il faut ainsi isoler le logement, car les pertes de chaleur au niveau des fenêtres, des toits et des murs sont estimées à 40 %. Une bonne isolation vous permettra de faire une économie d’énergie de 60 %. L’idéal est donc de commander un audit.

    En ce qui concerne la ventilation, il faut veiller à installer un système de ventilation mécanique. Enfin, venons-en à l’aspect chauffage : ce point consomme trop d’énergie et pour réduire cela il faut opter pour du chauffage avec une énergie renouvelable. Vous aurez donc la possibilité de transformer votre maison et le rendre éco-responsable. Cela vous permettra donc d’économiser durablement sur votre consommation d’énergie. De même, vous contribuerez à la protection de l’environnement, ce qui est fondamental de nos jours.

    Pour aller plus loin, lisez l’article Qu’est-ce qu’une maison écologique.

    CONSEILS ANAIS – AMÉNAGER UN JARDIN

    Aménager un jardin

    Enfin, un jardin pour les petits et les grands. Et pour l’environnement de ma maison !

    Construction d’un logement

    Il est temps maintenant de s’occuper de notre jardin.

    Il n’y a pas de beau jardin, sans belle terrasse, sans aménagement de plantations, d’allées et peut-être aussi d’une piscine. Mais voilà, le terrain qui entoure votre maison joue un rôle important dans sa préservation. Le terrain cache aussi plusieurs équipements qu’il faut repérer et préserver. Faisons le tour ensemble…

    Le rôle du jardin

    Un lieu de vie

    Quand on pense à un jardin, on imagine une pelouse, des plantes et des fleurs pour embellir une fin de journée bien remplie. Le jardin, c’est aussi un lieu de vie pour se détendre, inviter des amis, permettre aux enfants de se défouler…

    Pour d’autres, le jardin est la source d’approvisionnement en fruits et légumes bio pour toute la famille. Il est effectivement démontré que les vitamines sont fragiles et qu’il est bien meilleur de manger les fruits directement au pied de l’arbre.

    C’est dans le jardin que vivent aussi des milliers d’espèces d’animaux, plus ou moins visibles. La flore et la faune sont indispensables à notre propre vie. La vie humaine n’est pas possible sans l’action des micro-organismes, des lombrics, des hérissons, des oiseaux… et des animaux moins attrayants mais pourtant indispensables comme les insectes, les abeilles, les chauves-souris, les taupes…

    A chacun son espace

    Sachons partager. La terre n’appartient pas qu’aux hommes et aux femmes. Notre jardin non plus. Il faut trouver un moyen de cohabiter sereinement, intelligemment, joliment.

    Les usages de chacun et la dimension du terrain vont jouer évidemment un rôle déterminant dans nos choix. Il est cependant bien d’envisager de créer des espaces distincts pour que chacun puisse s’épanouir correctement. Voici donc une petite liste de ce qu’il est possible de faire.

    Se détendre en famille

    Soyons égoïste, commençons notre réflexion par nos loisirs. Car les maisons sont rarement adaptées aux retrouvailles pour les amis et familles nombreuses. Etre douze, quinze ou vingt personnes autours d’une table, avec des enfants qui courent partout, ce n’est plus envisageables pour beaucoup d’entre nous.

    Le jardin, s’il est aménagé, va être la solution pour manger tous ensemble. Mais que faut-il prévoir ?

    Une terrasse

    Si on peut se contenter d’une table constituée d’une planche posée sur des tréteaux, les chaises n’apprécieront guère de s’enfoncer dans la terre. En premier lieu, il faut une terrasse suffisamment grande pour accueillir une grande table, des chaises, et des invités qui tournent autour. Prenez le temps de mesurer la largeur d’une table, une rangée de chaises de chaque côté, et du recul pour s’asseoir et se lever… Vous l’avez compris, la largeur de la terrasse ne sera confortable que si elle dépasse 2,5 mètres, voir 3 à 4 mètres.

    Pour ce qui est de la longueur, l’idéal est de faire le tour complet de la maison avec une largeur de 80 cm à 1 mètre. Cela a bien des avantages. Outre le fait de conserver les pieds secs quand on va chercher une bûche à l’appentis, il y est aisé d’y passer avec une brouette ou un vélo.

    N’oubliez pas que cette allée devra être réalisée, comme la terrasse, avec une pente supérieure à 1,2% (12 à 15 mm minimum de descente vers le jardin pour 1 m de large). Car la terrasse périphérique a cet avantage : elle éloigne les eaux de ruissellement de la maison. Les maisons anciennes apprécient d’avoir moins d’eau à leurs pieds. Surtout en terrain argileux, la terrasse maintient une hygrométrie plus stable au niveau des fondations, réduisant ainsi les effets dévastateurs des cycles de gonflement puis de retrait de l’argile. Cependant, il faut la réaliser correctement !

    • Le béton ne doit pas être en contact direct avec les murs de la maison.
    • L’enduit des murs de la maison doit s’arrêter au dessus de la terrasse, pas derrière. Car l’eau qui coule sur l’enduit lisse ou dans l’enduit gratté doit tomber sur la terrasse, pour glisser ensuite vers le jardin.
    • Si le terrain est plat, ou pire si la construction est plus basse qu’une partie du terrain, il sera judicieux de mettre en place un drain en périphérie de la terrasse. Le drain sera alors raccordé à un puisard.
    • Choisissez un revêtement de terrasse non glissant, facile d’entretien, ni trop claire (éblouissement), ni trop foncé (échauffement).

    Avant de couler votre béton, prévoyez de passer des gaines pour divers futurs équipements :

    • Point de puisage pourvu d’une purge pour l’hiver
    • Eclairage extérieur décoratif et sécurisant
    • Prise de courant sur disjoncteur différentiel haute sensibilité pour les outils électriques
    • Attente pour divers équipements (piscine, jacuzzi…)

    Prévoyez aussi les renforts nécessaires pour accueillir une future véranda.

    Un pare-vue coupe-vent naturel

    Pour profiter sereinement de sa terrasse durant les longues soirées d’été, il faut se préserver du vent.

    Méfiez-vous de l’effet Venturi. Le fait de réaliser une clôture pleine et rigide ne réduit pas la force du vent. Le mur va détourner le vent, créant ainsi une dépression, et malheureusement aussi une accélération. Comprenez que la quantité d’air qui se déplace sera toujours la même. Ce n’est pas un mur de 2 m de haut qui va empêcher le vent de passer. S’il y a un obstacle rigide au passage du vent, le flux d’air parcourra un chemin plus long, il va donc s’accélérer avant de redescendre de l’autre côté du mur.

    Il existe pourtant une solution. Elle s’appelle mère nature. Faisons confiance à la création : il n’y a rien de mieux qu’une haie et des arbres pour réduire considérablement le vent dans votre jardin. Le flux d’air n’est pas détourné, il est vraiment freiné. Au pied d’une haie à plusieurs strates, vous serez surpris de la façon dont le vent est réduit.

    La haie composée d’arbres et arbustes a bien d’autres avantages. Elle assure le gîte et le couvert pour de nombreuses espèces d’insectes, d’oiseaux et d’animaux sauvages (hérisson, musaraigne, chat…). Vos enfants vont adorer !

    Bien composée, la haie vive fait de l’ombre l’été, mais laisse passer le soleil l’hiver tout en réduisant l’incidence du vent ; c’est ce qu’on appelle le bio-climatisme. Votre facture de chauffage va adorer elle aussi !

    Jardiner autrement

    Un jardin doit être plein de qualificatifs pour apporter le bonheur. Essayer donc les qualificatifs suivants avec nos conseils :

    • Reposant
    • Embellissant
    • Ludique
    • Educatif
    • Enrichissant

    Si votre jardin est devenu épuisant, c’est que probablement vous n’avez pas su trouver le bon équilibre. Vu le peu de temps libre que la vie active nous réserve, la dimension du jardin doit être adaptée à votre mode de vie, sa composition doit être équilibrée et harmonieuse, ses équipements doivent être sans entretien et automatisés. Envisagez aussi un coup de main deux fois par an pour tailler les haies et évacuer les déchets verts (voisins, amis, famille, chèque emploi-service).

    Un jardin potager

    Nul besoin d’être agriculteur pour avoir chez soi un petit potager. Même avec quelques soucis d’arthrose, il est possible de cultiver des fruits et des légumes sains sans se ruiner la santé.

    Tout commence par le choix de l’emplacement. Il faut évidemment une zone lumineuse, bien exposée au soleil. Ensuite, les amateurs apprécieront de mettre en place des bacs surélevés remplis de terreau. Ainsi, oubliez la bèche impossible à enfoncer dans une terre calcaire. Oubliez le dos plié en deux et les courbatures. Le jardin devient un jeu d’enfant, et cela tombe bien, car c’est justement aussi leur place. Le jardin est un lieu de vie en famille. On y sème et on y plante toutes sortes de choses ludiques, des pépins de pomme, des noyaux d’avocat… On y observe la vie, on y recycle les déchets dans un composte, on comprend ensemble ce qu’est un écosystème.

    Quand vous réaliserez vos bacs, n’oubliez pas que le bois pourrit rapidement s’il est en contact permanent avec de l’eau, même s’il est traité. Il vaut d’ailleurs mieux qu’il soit traité classe III. Mais ne jamais mettre le bois en contact avec la terre humide. Alors comment faire ? Il faut habiller le cadre en bois avec du plastique alvéolaire type Delta MS (matériau utilisé pour étancher les pieds de constructions) ou des plaques de toiture ondulée goudronnée type ONDULINE. Les plaques plastique et les goudronnées se déforment facilement pour épouser les bords des bacs en bois. Leur forme laisse passer l’air et permet au bois de sécher après chaque averse. Ainsi, le bois ne pourris pas, disons plutôt pourris moins vite ; tout dépendra de votre entretien.

    Les bacs suspendus sur pieds permettent de jardiner des plantes sans grandes racines, des plantes qui poussent vers le haut. Ils sont peu profonds et nécessitent de concevoir un fond qui résistera à l’eau. Ils faut aussi y gérer soigneusement l’arrosage. La faible quantité de terre y devient vite soit trop sèche, soit trop trempée.

    Les bacs posés au sol, sans fond, permettent d’envisager la culture de racines (carottes, pommes de terre, poireaux…). Avec 20 à 40 cm d’apport de terreau, vous pourrez mélanger 20 cm de votre terre calcaire et obtenir un mélange très souple facile à jardiner. La terre se remue à la main, sans outil. Un vrai bonheur. Il est facile aujourd’hui d’installer un arrosage automatique pour un investissement de 100 à 200 euros (tuyau poreux sans buses qui se bouchent, capteur d’humidité, programmateur d’arrosage sur pile et Wi-Fi, application pour smartphone).

    Ainsi délimité par des cadres en bois, le jardin devient très joli. Il décore magnifiquement votre jardin. Un peu d’éclairage, et vous ravirez tous vos convives lorsque vous leur ferez gouter le fruit de votre production locale !

    Un jardin botanique

    Le jardin doit pouvoir accueillir quelques plantes décoratives. Laissez vous guider par un jardinier paysagiste. Il saura vous conseillez des plantes pas trop envahissantes tout en donnant un style à votre jardin. Vous pouvez créer un style exotique, japonais, méditerranéen, à la française ou à l’inverse à l’anglaise… L’idéal est de placer un espace décoratif près de l’entrée de la maison pour la rendre accueillante, et un autre à côté de la terrasse pour égayer les apéros.

    Ne faites cependant pas l’impasse sur deux zones très importantes : le composte et la friche. Certes, elles ne sont pas bien jolies, mais elles sont indispensables. Réservez un espace d’au moins 10 à 20 m² derrière une haie ou un appentis pour que la nature puisse s’exprimer librement. Peut-être aurez-vous la chance d’y avoir quelques orties et des fraises sauvages. Les orties (en purain) ont le pouvoir de soigner les autres plantes ; autant vous dire combien elles sont bonnes pour notre santé ; essayez la soupe d’ortie, c’est gratuit et excellent aussi de goût.

    Un jardin ludique

    Le jardin est traditionnellement le lieu de détente des enfants et des chiens de compagnie. Un endroit doit leur être réservé pour leur permettre de courir, taper le ballon et laisser libre cours à leur imagination.

    Tant mieux si vous avez la chance d’avoir un arbre suffisamment solide pour accueillir une cabane (surtout pas un cerisier par exemple qui a la réputation d’avoir les branches qui se casse facilement – gare à la chute). Sinon, la cabane trouvera sa place dans un endroit à la vue des parents qui seront heureux de garder un œil protecteur sur leur progéniture.

    Les grands-parents seront heureux de participer à l’œuvre créatrice de la cabane idéale.

    Préserver le bâti

    Les végétaux peuvent endommager votre construction.

    Cela n’arrive généralement pas lorsque la construction est saine. Les racines, bien que très puissantes, ne peuvent pas percer un mur ou un tuyau. Mais si elles trouvent une lézarde, elle peuvent alors s’y infiltrer et accentuer la fissuration.

    Les arbres boivent beaucoup d’eau. Certains plus que d’autres. Il faut donc bien réfléchir avant de planter, ou inversement avant de déboiser. La réflexion est la suivante :

    • Le terrain est stable tel qu’il est est, ni trop humide, ni trop sec. Quelle incidence aura l’ajout ou la suppression des plantations sur les fondations ? Surtout si le terrain est argileux, l’ajout d’arbres trop proches risque de provoquer un retrait de l’argile par assèchement, et donc un affaissement difficilement réversible de la construction.
    • Le terrain constructible est placé en bas d’un champs ou d’un coteau. Une haie sera la bienvenue pour retenir et absorber l’eau de ruissellement lors des fortes pluies d’automne ou d’orage. La haie sera judicieusement plantée sur un merlon ou au fond d’un fossé.

    Plantez, mais en prenant des précautions, pensez à sa taille adulte.

    Quelle sera sa hauteur et son diamètre ? Il faut qu’il reste à une distance suffisante de la maison et de toutes lignes électriques. La distance au sol de la construction doit être égale à la taille adulte de l’arbre s’il est isolé. S’il s’agit d’un alignement de plusieurs arbres ou arbustes, prévoyez 1,5 fois leur hauteur. Cette distance sera encore augmentée si le terrain est en pente vers le bâti.

    Prenez conseil auprès d’un expert

    Laissez-nous vos coordonnées pour que nous puissions réaliser une expertise de votre terrain, de vos problèmes et de votre projet.

      Votre nom

      Votre email

      Téléphone

      L'adresse de votre projet :
      , et Rue :

      CP , et Ville :

      Votre message

      La transmission d’informations via ce formulaire implique l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Vous êtes notamment informé que ces informations sont nécessaires à l’exécution des prestations et services demandés à ANAIS EXPERTISES. En conformité avec les dispositions de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir de https://anais-expertises.fr a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vos coordonnées ne seront conservées que pendant 12 mois sur notre serveur mail si vous ne passez pas commande. Nous n'établissons pas de fichier de prospects. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, et de suppression des données qui vous concernent (article 34 de la loi Informatique et Liberté nº 78-17 du 6 janvier 1978). Pour l’exercer, adressez-vous à ANAIS par mail à webmestre[arobase]anais-expertises.fr, par téléphone (0980085008), ou par courrier (ANAIS EXPERTISES, Rue du Grand Chemin, 14630 CAGNY) ou en expliquant dans le présent formulaire que vous souhaitez que nous effacions tous les messages vous concernant.

      Conseil ANAIS – Gérer une inondation

      Une inondation n’est pas un désordre comme les autres. Humainement, la perte de biens, de repères et de souvenirs, est souvent traumatisant. Techniquement, les dégâts sont importants car non seulement l’eau s’est infiltrée partout, mais elle aussi stagné pendant plusieurs jours. Financièrement, les frais sont importants et les délais d’indemnisation particulièrement longs.

      Déclaration d’une inondation

      Les personnes qui possèdent une assurance de dommages (incendie, dégât des eaux, …) pour leur habitation, leur entreprise, leurs véhicules, etc… , bénéficient automatiquement de la garantie catastrophes naturelles.

      D’une façon générale, la déclaration écrite d’un dégât des eaux doit être envoyée à l’assurance dans un délai de 5 jours ouvrés à compter de l’inondation ou de son constat. Même si vous pouvez réaliser une déclaration en ligne, il vaut mieux envoyer une lettre en recommandé avec accusé de réception.

      Dans le cas d’une inondation, vous avez 10 jours à compter de la parution du décret de catastrophe naturelle au Journal officiel pour déclarer le sinistre en mairie, faire réaliser un état estimatif des pertes et le remettre à votre assureur.

      Dans les faits, vous disposez de 2 ans pour régler le sinistre et percevoir les indemnités, précise Raymond Guillet, président du Syndicat national des experts d’assurés (SNEA) et ancien président de la Fédération des experts.

      Reste à charge en cas d’inondation

      Une franchise reste toujours à la charge de l’assuré. Elle s’élève à :
      – 380 euros pour les habitations, les véhicules à moteur et autres biens à usage privé ;
      – 10 % du montant des dommages (avec un minimum) pour les biens à usage professionnel.

      Pour les biens autres que les véhicules, en cas de sinistres répétitifs, si la commune n’est pas dotée d’un plan de prévention des risques naturels (PPR), la franchise est modulée en fonction du nombre de constatations de l’état de catastrophe naturelle intervenues pour le même risque au cours des cinq années précédentes. Elle est doublée au troisième arrêté constatant la catastrophe, triplée au quatrième et quadruplée pour les arrêtés suivants.

      Les dommages, visibles et invisibles

      Mesure taux humidité

      Evidemment, plus la hauteur d’eau est importante, plus l’immersion est prolongée et le courant fort, plus les conséquences sont lourdes.

      Selon le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), 10 cm d’eau pendant plusieurs heures suffisent à affecter la solidité et la salubrité du logement.

      Mais les dommages ne sont pas toujours visibles. Par exemple, l’eau a pu fragiliser les fondations, dégrader les isolants, favoriser le développement de champignons…

      Après la décrue, il n’est pas rare que de l’eau subsiste et continue d’aggraver les désordres. Par exemple, dans les vides sanitaires et les caves notamment, des champignons comme le mérule peuvent se développer et participer à la destruction des ossatures en bois. Dans les gaines électriques, l’eau peut produire des courts-circuits légers, des fuites de courant qui font disjoncter les différentiels.

      Les travaux à prévoir après une inondation

      Pomper l’eau et évacuer la boue

      A l’extérieur

      Après une inondation, l’eau doit être pompée progressivement, en deux ou trois fois, en laissant une journée environ entre chaque pompage. Effectivement, “le terrain autour de la maison est gorgé d’eau, et cette dernière exerce une très forte pression sur les murs extérieurs souterrains, d’où un risque d’effondrement en cas de brutale dépression”, alerte le CSTB.

      Les drains enterrés autours de la maison devront être dés-emboués pour retrouver leur fonctionnalité normale. De même pour les caniveaux et les canalisations d’eau pluviale.

      A l’intérieur

      A l’intérieur, il faudra évidemment réaliser un grand ménage ! La boue est plus facile à sortir si elle est encore humide. Les murs en durs seront lavés.

      L’électricité étant coupée depuis le début, les gaines seront nettoyées et vidées en envoyant de l’air sous pression. Il est effectivement important de veiller à ne conserver aucune poche d’eau à l’intérieur du logement.

      Si les doublages cachent une isolation en laine de verre, celle-ci sera considérée comme morte. Il faut découper les panneaux en veillant à ne pas fragiliser le bâti et évacuer au moins la partie basse. Le CSTB préconise de déposer les plaques de plâtre afin de les faire sécher à plat, de permettre à l’ossature de fixation et, éventuellement, à l’isolant de bien sécher aussi. Il serait cependant surprenant que les plaques soient récupérables ! Celles qui sont déformées et celles qui sont destinées à supporter des meubles seront remplacées.

      Le problème est le même pour les isolants sous les rampants de toiture et sous chape. Il est parfois nécessaire de casser la chape pour remplacer l’isolant car il peut rester gorgé d’eau pendant des années.

      Les rails métalliques de fixation devront être nettoyés, séchés et, si besoin, traités contre l’oxydation. S’il y a des tasseaux de bois, ils auront probablement gonflé sous l’action de l’eau et seront sans doute bons à jeter. 

      Contrôler l’ensemble du bâti

      Si l’enduit de façade a été abîmé, que des zones sonnent creux ou se décollent, elles devront être reprises.

      Il est possible que la toiture ait été malmenée si l’eau est montée haut et/ou si le vent a soufflé fort. Elle devra elle aussi être vérifiée.

      Les menuiseries en bois peuvent se déformer. Il conviendra de surveiller tout particulièrement les portes intérieures qui sont souvent creuses et constituées de plaques en carton sur un cadre en bois léger.

      Enfin, s’il y a un traitement anti-termite, il sera compromis par l’immersion et devra être renouvelé.

      Demander l’aide d’un expert d’assuré

      L’expert d’assurance est chargé de défendre… l’assureur.

      L’expert d’assuré se chargera d’établir l’état estimatif des pertes que vous avez subies, sans chercher à les minimiser. Il devra négocier avec l’expert d’assureur et rédiger avec lui un procès-verbal d’expertise amiable et contradictoire qui sera opposable aux deux parties. Il devra vous assister pour relancer l’assureur et obtenir le paiement de l’indemnisation (dans un délai d’un mois après la clôture des procès-verbaux).

      Ainsi, votre expert veillera à ce que l’assureur vous garantisse la remise à neuf de votre logement car aucun coefficient de vétusté ne peut être appliqué. De plus, il vérifiera que l’assureur vous verse une indemnisation en espèces, et non en nature en déléguant une entreprise.

      Certes, les honoraires d’un expert d’assuré sont élevés (entre 5 et 10% de l’indemnité) et ne sont pas pris en charge par l’assurance (contrairement aux cas de dommages aux biens). Cependant, ils sont plus que rentabilisés lors d’un sinistre lié à une inondation. Il importe effectivement de négocier le plus possible au départ, car il y a souvent des frais cachés qui apparaissent plus tard.

      L’expert doit examiner avec soin la structure du bâtiment (fondations, murs, chapes, charpente, etc.), l’état des vides sanitaires, des drains, des cloisons intérieures, des menuiseries, des isolants, des revêtements, du circuit d’eau et d’électricité, des cuves et des fosses… Le travail est immense. Alors, un dernier conseil : choisissez bien votre expert !

      Appelez ANAIS au :

      09.8008.5008

      Conseil ANAIS – Logement dégradé, insalubre, non-décent ou en péril

      Après les effondrements et les incendies meurtriers, les locataires d’un logement dégradé s’inquiètent à juste titre. Qui peut constater et comment décrire l’état de dégradation de votre logement ?

      Définition de logement dégradé

      Le logement dégradé met-il les occupants en situation de péril, d’insalubrité ou de non-décence ? Évidemment que les mots ont un sens littéral, mais ils ont aussi du sens sur le plan juridique.

      Le présent Conseil ANAIS décrypte les mots d’usage qui décrivent les logements dégradés.

      État de dégradation

      Dégradé

      L’Anil définit ce qu’est un logement dégradé. L’Anil est l’Agence Nationale pour l’Information sur le Logement.

      Un logement, ou un immeuble, est considéré comme dégradé s’il se trouve dans une ou plusieurs de ces situations : Logement non-décent, non conforme au Règlement sanitaire départemental (RSD), insalubre, impropre à l’habitation ou en péril.

      Evidemment, ces mots ont des sens différents. Ils renvoient à des procédures qui diffèrent au niveau des compétences, des moyens d’actions et des protections des occupants.

      Non habitable

      Ovoïde d’égout aménagé mais bien évidemment non-habitable ! Réalisation typique de marchands de sommeil en région parisienne.
      Ovoïde d’égout aménagé

      Certains locaux sont impropres à l’habitation. Par définition, c’est le cas des cave, des garage, des loggias, des vérandas…

      Mais qu’en est-il des garages transformés en logement ? La réponse est simple : si la transformation a bien eu lieu correctement, alors il n’y a pas de soucis. Mais il faut que les critères d’habitabilité soient respectés.

      Non conforme au RSD

      Exemple de RSD
      Exemple de RSD

      Le RSD est le Règlement Sanitaire Départemental. Il défini un certain nombre de règles importantes pour des questions sanitaires (hygiène, santé et cadre de vie).

      Les règles du RSD sont généralement proches des critères de décence. Mais on y trouve des précisions non négligeables. Par exemple, le RSD établi que les recoins de petites dimensions ne peuvent être comptabilisés dans la surface habitable.

      Le maire est responsable de la salubrité publique et de la sécurité sur sa commune. Un agent des services techniques et sanitaires de la commune peut effectuer une visite du logement et établir un rapport transmis ensuite au maire. En l’absence de remise en conformité, un procès verbal peut être établi.

      Non décence

      Guide du logement décent
      Guide du logement décent

      Lorsqu’un logement loué n’est pas conforme aux caractéristiques de la décence, le locataire doit évidemment d’abord s’assurer qu’il n’en est pas à l’origine ! Par exemple, il veillera à ne pas obstruer les bouches de ventilations, à entretenir les joints de la douche, des fenêtres, etc…). Voir la liste des menues réparations et des réparations d’entretien courant qui sont à sa charge.

      Un logement est non-décent si au moins un problème est présent parmi cette liste :

      • la sécurité des occupants n’est pas assurée,
      • la santé des locataires est mise en danger,
      • les équipements essentiels ne sont pas tous présents (cuisine, chauffage, sanitaire séparé des pièces de vie…),
      • il y a des nuisibles ou des parasites,
      • il n’est pas possible de chauffer correctement le logement car l’isolation n’est pas suffisante ou le chauffage est défaillant.

      En cas de non-décence, les Maries peuvent interdire la mise en location du bien. L’allocation au logement peut aussi être confisquée. Pour approfondir ce sujet, lisez la définition du logement décent.

      Insalubrité

      Peinture au plomb dégradée rendant le logement insalubre.
      Peinture au plomb dégradée

      L’insalubrité d’un logement est avérée lorsque la santé des occupants n’est pas protégée. On retrouve ici un critère de non-décence.

      Les défauts les plus courants sont liés à la présence de :

      • Peinture au plomb sous forme dégradée,
      • Amiante sous forme friable,
      • Risque d’effondrement des murs, plafonds, sols,
      • Défaut d’étanchéité et problème d’humidité important,
      • Impossibilité de chauffer à cause de défauts d’isolation. 

      En parallèle de la démarche faite auprès du maire, du préfet ou du président de l’EPCI, de la CAF ou de la MSA, vous pouvez engager une action devant le tribunal d’instance pour obtenir des dommages et intérêts et pour obliger le propriétaire à réaliser les travaux. Dans tous les cas, il importe de se faire assister par un expert afin que les faits et descriptifs soient incontestables.

      Lorsqu’un logement présente un danger pour la santé des occupants, le préfet peut prendre un arrêté d’insalubrité. Dans ce cas, le loyer versé par l’occupant cesse d’être dû à compter du premier jour du mois qui suit l’envoi de la notification de l’arrêté ou de l’affichage à la mairie. Par contre, tant qu’aucun arrêté d’insalubrité n’a été pris, le locataire ne peut en aucun cas décider de lui-même de cesser de payer le loyer. Évidemment, il ne peut pas se faire justice lui-même. Nous lui conseillons de se faire assister par notre cabinet d’expertise pour faire pression sur les pouvoirs publics.

      Péril

      Un logement peut être déclaré « en péril » lorsque les murs, les sols ou le plafond menacent de s’effondrer.

      État des lieux des dégradations

      Point commun de toutes les procédures, les dégradations doivent être constatées par un expert indépendant. Si certains constats peuvent être réalisés par des services de l’Etat, d’autres par un huissier, seul un expert du bâtiment peut prouver l’origine des dégradations. Car un expert a aussi la compétence technique d’expliquer l’origine des dégradations.

      Que vous soyez propriétaire ou locataire, faites donc appel à ANAIS EXPERTISES pour réaliser un état des lieux. Nous vous dirons en toute impartialité ce qu’il en est de l’état du logement. Ensuite, nous établirons un rapport d’expertise qui explique l’origine des dégradations. Enfin, nous sommes assurés auprès de la SMABTP pour vous prescrire les travaux de rénovation nécessaires.

      Appelez gratuitement le 09.8008.5008 ou remplissez notre formulaire de contact simplifié.

      Conseil ANAIS – De l’entretien du logement

      Locataire ou Propriétaire, qui doit l’entretien du logement ?

      Ministère du logement

      Le Ministère chargé du logement (Ministère de la cohésion des territoires) a publié un guide détaillant les travaux d’entretien du logement qui incombent soit au propriétaire, soit au locataire.

      Ce guide est basé sur le Décret n°87-712 du 26 août 1987 pris en application de l’article 7 de la loi n° 86-1290 du 23 décembre 1986 tendant à favoriser l’investissement locatif, l’accession à la propriété de logements sociaux et le développement de l’offre foncière et relatif aux réparations locatives.

      ANAIS met ici à votre disposition l’essentiel de ses conseils illustrés.

      Ces listes de travaux d’entretien ne sont pas exhaustives. Par exemple, le propriétaire n’oubliera pas de faire contrôler les gardes-corps, l’état de surface des accès, la solidité des escaliers et du bâti, la sécurisation des installations électriques… Si ce n’est déjà fait, il doit mettre en place une ventilation générale et permanente par extraction, une production d’eau chaude sanitaire et un équipement de chauffage adapté. Les sanitaires doivent être livrés conformes à certaines règles (situation, fermeture, évent, siphon…).

      Quels sont les risques s’il y a défaut d’entretien ?

      entretien du logement

      Faire prendre des risques aux autres et sans doute ce qu’il y a de plus dangereux… juridiquement. Témoin le fait suivant :

      En 2017, le tribunal correctionnel de Paris a condamné en même temps un propriétaire, un architecte, un entrepreneur et une agence immobilière pour leur responsabilité dans la mort d’une jeune personne entraînée par la chute de son balcon. La fixation n’avait pas été réparée à temps…

      Dès les temps les plus anciens, on trouve ce commandement divin dans le livre biblique du Deutéronome : “Si tu bâtis une maison neuve, alors tu devras faire un parapet pour ton toit, afin de ne pas mettre de sang sur ta maison parce que quelqu’un pourrait en tomber.” A cette époque, c’était œil pour œil… la peine de mort en cas de négligence.

      Finalement, avec des amendes et de la prison, les négligents d’aujourd’hui s’en tirent plutôt bien !

      Autre élément de réflexion : le notion de décence. En cas d’insalubrité d’un logement, un propriétaire peut être obligé par la mairie à faire les travaux nécessaires.

      Que faut-il entretenir en priorité dans un logement ?

      Tout ce qui a trait à la sécurité des personnes. Il n’est pas possible de faire une liste exhaustive, mais il y a des éléments incontournables :

      • Les chaudières et tous les appareils à combustion doivent faire l’objet d’un contrôle à minima annuel. Il s’agit d’ailleurs d’une obligation légale (Décret n°2009-649 du 9 juin 2009 et arrêté du 15 septembre 2009 relatifs à l’entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter aussi les articles R224-41-4 à R224-41-9 du Code de l’environnement). Les risques sont importants en cas de défaut d’entretien. Un appareil mal réglé produit des gaz toxiques et tout particulièrement du monoxyde de carbone (CO) inodore et mortel !
      • Les rambardes de sécurité doivent être à une hauteur minimale de 1 mètre de toute marche. Elles doivent évidemment être solidement fixées pour retenir la chute d’un corps.
      • Les installations électriques seront pourvues de toutes les protections nécessaires, en état de marche.

      Comment éviter les litiges ?

      Voici quelques conseils de bon sens :

      • La première chose à faire est de rédiger un contrat en bonne et due forme, en respectant la réglementation. Pour ce faire, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel de l’immobilier.
      • Prévoyez dès le départ de faire réaliser l’ensemble des diagnostics immobiliers obligatoires pour que chacun sache quel est l’état du bien loué.
      • Vérifiez que la copropriété ait bien missionné un expert pour obtenir un Diagnostic Technique Global (DTG) de l’immeuble. Le DTG permet justement de contrôler les règles de sécurité à appliquer.

      Il est maintenant notable que le propriétaire est tenu responsable de tout accident lié à un mauvais entretien de l’installation électrique. Il en est forcément de même pour le gaz, l’amiante et le plomb. La loi pour le logement décent a d’ailleurs renforcé les devoirs des propriétaires.

      • Donc, il est prudent de prévoir l’entretien du logement et de faire réaliser rapidement les travaux qui permettront de lever les anomalies mentionnées dans les diagnostics.
      • Enfin, pour éviter les discussions inutiles et pénibles, ANAIS vous recommande grandement de faire réaliser vos états des lieux par nos experts. L’état des lieux étant réalisé par un professionnel indépendant, son contenu sera considéré comme impartial.

      Etat des lieux

      Pour toute demande d’information, nous vous remercions de remplir notre formulaire de contact simplifié ou de nous appeler au 09.8008.5008.

        Avez-vous des questions ? Besoin d'un devis ? N’hésitez-pas !

        Votre nom

        Téléphone

        Code postal + Ville
        ,
        Votre question :


        La transmission d’informations via ce formulaire implique l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Vous êtes notamment informé que ces informations sont nécessaires à l’exécution des prestations et services demandés à ANAIS EXPERTISES. En conformité avec les dispositions de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir de https://anais-expertises.fr a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vos coordonnées ne seront conservées que pendant 12 mois sur notre serveur mail si vous ne passez pas commande. Nous n'établissons pas de fichier de prospects. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, et de suppression des données qui vous concernent (article 34 de la loi Informatique et Liberté nº 78-17 du 6 janvier 1978). Pour l’exercer, adressez-vous à ANAIS par mail à webmestre[arobase]anais-expertises.fr, par téléphone (0980085008), ou par courrier (ANAIS EXPERTISES, Rue du Grand Chemin, 14630 CAGNY) ou en expliquant dans le présent formulaire que vous souhaitez que nous effacions tous les messages vous concernant.

        Conseil ANAIS – Aménager un sous-sol

        Moisissures en sous-sol

        Aménager un sous-sol pourrait être rentable dans les grandes villes comme Paris ou Deauville. Mais, l’investissement se transforme souvent en galère. Les sous-sols sont soumis à plusieurs sources d’humidité et le résultat est forcément décevant.

        Quelles sont les précautions à prendre avant d’aménager un sous-sol ? Comment résoudre les problèmes d’humidité d’un sous-sol ? Comment assainir l’atmosphère ? Bien qu’il n’y ait pas de solution unique, et rarement de solution 100% efficace, ANAIS EXPERTISES vous dévoile ici quelques-unes des pistes à explorer.

        Quelles sont les précautions à prendre avant d’aménager un sous-sol ?

        Aménager un sous-sol, oui, mais pour quoi faire ?

        Si votre objectif est de rendre le sous-sol “habitable”, alors il faudra veiller aux règles d’habitabilité. La loi défini cela en établissant des règles concernant les dimensions, la température de chauffe, la ventilation… et l’absence de problèmes d’humidité. Ne jamais oublier qu’en cas de revente, vous devrez une garantie décennale à votre acquéreur !

        Nous ne saurons jamais assez vous conseiller de conserver une facture en bonne et due forme de vos travaux. C’est le moyen le moins couteux pour disposer d’une garantie décennale.

        Si votre objectif est de simplement obtenir un sous-sol sain pour y entreposer des produits fragiles, les solutions sont alors plus simples. Mais elles ne valoriseront pas votre bien de la même façon.

        Assainir le sous-sol

        Avant d’aménager un sous-sol, que ce soit un garage semi-enterré ou une cave, il faut l’assainir. Dit autrement, il n’est pas raisonnable de procéder à un doublage de murs humides.

        L’humidité d’un mur, même lorsqu’on préserve une lame d’air, finit toujours par gagner le doublage intérieur. Cette humidité, au mieux dégradera les peintures (ternissement), ou pire, favorisera le développement de champignons xylophages aussi dangereux que le mérule.

        Les moisissures qui se développent dans les caves produisent des spores qui sont allergènes pour de nombreuses personnes, certaines sont même franchement toxiques. Il existe des systèmes de traitement efficaces contre les moisissures qu’il faut mettre en œuvre avant et après la rénovation.

        L’assainissement d’un sous-sol ne peut se faire sans assèchement. Or, la déshumidification de l’air ne suffit pas. Au contraire, les déshumidificateur peuvent parfois accroître le problème en accélérant la migration de l’eau.

        Comment résoudre les problèmes d’humidité en sous-sol ?

        Il faut d’abord comprendre l’origine du problème d’humidité. Les sources d’humidité peuvent être nombreuses : Condensation, infiltrations latérales liées à un cuvelage défaillant ou des fissures, fuites d’évacuations d’eau, mauvais drainage, remontée capillaire, remontée de nappe, pluviométrie exceptionnelle, terrain argileux…

        Des solutions existent toujours. Mais leur coût peut devenir rédhibitoire. Il est même souvent nécessaire de cumuler plusieurs techniques de traitement pour obtenir un résultat satisfaisant.

        Logiquement, il faut commencer par traiter les problèmes par l’extérieur : Remise en forme du terrain, drainage, cuvelage, plantation, évacuation… Puis, envisager des traitements à l’intérieur : Ventilation, cuvelage, drainage, pompage, injection de résine, doublage adapté, ionisation…

        Pour chaque technique, il y a des spécificités à maîtriser. Par exemple, les méthodes et produits de cuvelage sont nombreux ; il faut choisir en fonction de la nature des murs, du résultat attendu et du budget alloué.

        Réaliser une expertise humidité d’un sous-sol

        Les experts d’ANAIS prescrivent des solutions personnalisées depuis plus de 10 ans. Nous intervenons en Bretagne, Normandie, Paris et Île de France.

        Les experts d’ANAIS sont indépendants. Nous pourrons mettre à votre disposition certains matériels spécifiques et difficilement trouvable dans le commerce, mais nous ne réalisons aucune des solutions de traitement prescrites.

        Notre but : Vous faire économiser largement l’investissement effectué dans notre prestation.

        Appelez-nous au 09.8008.5008 (n° gratuit) ou remplissez notre formulaire simplifié :

          Votre nom

          Votre email

          Téléphone

          L'adresse de votre projet : Code postal + Ville
          ,

          Votre message

          La transmission d’informations via ce formulaire implique l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Vous êtes notamment informé que ces informations sont nécessaires à l’exécution des prestations et services demandés à ANAIS EXPERTISES. En conformité avec les dispositions de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir de https://anais-expertises.fr a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vos coordonnées ne seront conservées que pendant 12 mois sur notre serveur mail si vous ne passez pas commande. Nous n'établissons pas de fichier de prospects. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, et de suppression des données qui vous concernent (article 34 de la loi Informatique et Liberté nº 78-17 du 6 janvier 1978). Pour l’exercer, adressez-vous à ANAIS par mail à webmestre[arobase]anais-expertises.fr, par téléphone (0980085008), ou par courrier (ANAIS EXPERTISES, Rue du Grand Chemin, 14630 CAGNY) ou en expliquant dans le présent formulaire que vous souhaitez que nous effacions tous les messages vous concernant.

          Conseil ANAIS – Organiser son déménagement

          Comment organiser son déménagement ?

          Maison vendue

          Les aléas de la vie nous amènent à déménager en moyenne tous les 8 ans ! Mais comment organiser son déménagement ?

          Clairement, un déménagement est souvent le fait d’événements déjà stressants comme une mutation ou un changement d’employeur, un mariage ou un divorce, un accroissement d’activité ou au contraire une perte d’activité… A ce stress, s’ajoute celui du déménagement.

          Les difficultés d’organiser son déménagement

          Donc, votre prochain combat sera de recenser la liste des formalités à accomplir, puis de préparer les papiers dont la liste n’en finit pas de s’allonger.

          Car il n’y a pas que des adresses à changer, des amis à prévenir, il faudra résilier des contrats, en souscrire d’autres…

          Quoi ? Pour Qui ? Quand ? Combien de temps à l’avance ?

          De l’aide pour organiser son déménagement

          Organiser son déménagement

          Souscritoo vous épargne ces longues heures de lutte auprès des Administrations à défier lors de votre déménagement. Votre chemin devient guidé par des experts, et vos armes se transforment en quelques clics pour résilier simplement vos contrats, changements de fournisseurs et assurances (exemple ici pour EDF).

          Papernest

          Souscritoo a augmenté le nombre de ses services et a donc changé de nom : Recherchez maintenant Papernest !

          Tout ce petit monde à retrouver lors d’un déménagement, vous n’avez pas à vous en inquiéter en faisant appel aux services gratuits et sans engagement de Papernest. En quelques minutes, votre logement est connecté et vous avez un nouvel assistant personnel pour s’occuper de vos formalités administratives.

          Papernest résilie à votre place en quelques appels tout vos anciens contrats pour en souscrire de nouveaux. Contrat d’énergie, box internet, assurance habitation, demande d’APL et réexpédition du courrier sont dans la poche !

          Et si finalement c’était l’occasion d’en réviser les clauses ?

          ANAIS vous conseille donc les services de Papernest car il vaut toujours mieux faire appel à des professionnels avant, qu’après, lorsque les soucis apparaissent. N’hésitez pas, cherchez Papernest sur internet.

          Etat des lieux avant le déménagement

          Un déménagement implique des états des lieux et de nombreux diagnostics immobiliers. Connaissez-vous vos droits en la matière ? Quels sont les avantages des diagnostics  ? A quoi servent-ils ? Quels sont les diagnostics obligatoires ?

          Chez ANAIS EXPERTISES, nous réalisons l’ensemble de ces prestations en une seule opération et à moindre coût.

          Pour toute demande d’information, nous vous remercions de remplir notre formulaire de contact simplifié ou de nous appeler au 09.8008.5008.

          image_pdf