CONSEIL ANAIS – Améliorer la ventilation de son logement

La ventilation d’un logement constitue une part non négligeable des dépenses énergétiques. Il est vrai que le renouvèlement de l’air chaud par de l’air frais crée une consommation d’énergie d’environ 20%. Mais saviez-vous qu’en limitant ou pire en supprimant la ventilation vous augmentez globalement votre consommation d’énergie de 15% ? Et ce n’est pas le pire…

L’épidémie mondiale de Covid19 a été l’occasion de rappeler haut et fort que la ventilation des lieux clos permet d’assainir l’atmosphère. Inversement, l’absence de ventilation favorise le développement de micro-organismes.

Idées reçues concernant la ventilation

« J’ai fermé les bouches d’entrée d’air de la ventilation pour économiser du chauffage… »

Est-ce que diminuer la ventilation réduit la consommation d’énergie ?

Réponse n°1 :

C’est très facile de chauffer de l’air, beaucoup plus que de chauffer de l’eau.

En arrêtant la ventilation d’un logement, le taux d’humidité de l’ensemble du mobilier et de l’immobilier passe de 0-5% à 12-19%. Cela signifie que le logement contient dans ses murs et ses meubles des centaines, voir des milliers de litres d’eau en trop.

Sur cette photo, un exemple de mesure beaucoup trop élevée.

Vous craignez d’avoir à chauffer l’air frais qui pénètre par la ventilation ? N’y pensez plus ! Il faut très peu d’énergie pour chauffer de l’air sec. Par contre… cela va vous coûter bien plus cher de chauffer de l’air humide.

Exemple : Si on considère un plain-pied de 80 m², les murs en pierres constituent environ 65 m3 de matériaux. Avec un taux de 5% d’humidité, les murs vont contenir 3,2 m3 d’eau, soit 3200 litres ! Or, chauffer une piscine de 3200 litres d’eau tout l’hiver… cela coûte cher.

Réponse n°2

Chaque changement d’état de l’eau consomme de l’énergie.

Parfois à l’état vapeur dans l’air, parfois à l’état liquide dans les murs, l’excès d’humidité dans le logement consomme beaucoup d’énergie pour changer d’état physique.

On lit dans Wikipedia : « L’évaporation est un passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux. Ce phénomène est donc une vaporisation progressive qui a pour effet d’absorber de l’énergie thermique et donc de réduire la température de l’environnement. » – licence CC BY-SA.

Réponse nº3

L’air humide est inconfortable

Plus l’hygrométrie est importante, plus le corps est sensible aux courants d’air. Le moindre courant d’air crée des coups de froids désagréables qui incitent à surchauffer le logement. C’est pour cela qu’il y a une différence notable entre la température réelle et la température ressentie.

La température ressentie est un indice qui exprime la sensation de froid ou de chaleur en fonction de la température mesurée, du vent et de l’humidité relative.

Par exemple, après une douche dans une pièce bien chaude, qui n’a jamais ressenti un coup de froid quand quelqu’un ouvre la porte ? La conclusion est simple : humidité + courant d’air = sensation de froid.

Et notre expérience démontre que les gens qui vivent dans des logements humides ont tendance à surchauffer (21°C au lieu des 19ºC conseillés). De ce fait, la note de chauffage augmente vite : 7% de plus par degré.

Réponse nº4

L’humidité crée des pathologies

Les murs qui contiennent trop d’humidité favorisent le développement de moisissures. Or, il est très compliqué de se débarrasser des moisissures et cela peut finalement coûter aussi très cher.

Les moisissures noires qui apparaissent dans les angles de plafonds et de menuiseries ne sont que la partie apparente de l’iceberg. La partie visible est infime par rapport au reste du champignon qui s’est développé dans le mur. Malheureusement, les moisissures noires sont particulièrement toxiques et allergènes. Les travaux nécessaires pour s’en débarrasser sont relativement importants. Prévoyez à minima :

  • Un ponçage
  • Un traitement antifongique
  • Un éventuel traitement hydrofuge
  • Un remise en peinture

Ce sont des travaux qui nécessitent l’intervention d’un professionnel. Nous vous recommandons par exemple l’intervention d’un professionnel comme l’entreprise TAP3D pour réaliser un traitement antifongique efficace.

Si vous avez des moisissures chez vous, c’est qu’il y a un problème d’excès d’humidité. Ce n’est pas forcément à cause de la ventilation, qui doit être contrôlée évidemment, car cela peut venir d’autres sources (fuite, infiltration, défaut d’usage, humidité tellurique…). Une expertise s’impose. L’expert ANAIS vérifiera aussi que des champignons plus dangereux ne se sont pas développés (Mérule…).

Pour nettoyer les moisissures sur un placoplatre, je vous recommande l’article de Saint-Gobain-Placo®. Vous remarquerez la même conclusion qu’ANAIS EXPERTISES : “Si celles-ci sont étendues, faites appel à un professionnel. Il dressera le diagnostic en mesurant le niveau d’humidité, en définissant sa source et le traitement adéquat, il saura répondre à la problématique : comment enlever de la moisissure sur un mur en Placo® en la traitant“.

Votre conclusion ?

Alors, qu’en pensez-vous ? Allez-vous obturer vos entrées d’air cet hiver ?

Vous avez un problème de performance énergétique ? Appelez-nous.

Vous avez un problème d’humidité ? Appelez-nous.

Vous avez aimé cet article rédigé par votre expert ANAIS (Pascal MORIN) ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Merci pour votre fidélité.

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *