Archives par mot-clé : Jardin

CONSEILS ANAIS – AMÉNAGER UN JARDIN

Aménager un jardin

Enfin, un jardin pour les petits et les grands. Et pour l’environnement de ma maison !

Construction d’un logement

Il est temps maintenant de s’occuper de notre jardin.

Il n’y a pas de beau jardin, sans belle terrasse, sans aménagement de plantations, d’allées et peut-être aussi d’une piscine. Mais voilà, le terrain qui entoure votre maison joue un rôle important dans sa préservation. Le terrain cache aussi plusieurs équipements qu’il faut repérer et préserver. Faisons le tour ensemble…

Le rôle du jardin

Un lieu de vie

Quand on pense à un jardin, on imagine une pelouse, des plantes et des fleurs pour embellir une fin de journée bien remplie. Le jardin, c’est aussi un lieu de vie pour se détendre, inviter des amis, permettre aux enfants de se défouler…

Pour d’autres, le jardin est la source d’approvisionnement en fruits et légumes bio pour toute la famille. Il est effectivement démontré que les vitamines sont fragiles et qu’il est bien meilleur de manger les fruits directement au pied de l’arbre.

C’est dans le jardin que vivent aussi des milliers d’espèces d’animaux, plus ou moins visibles. La flore et la faune sont indispensables à notre propre vie. La vie humaine n’est pas possible sans l’action des micro-organismes, des lombrics, des hérissons, des oiseaux… et des animaux moins attrayants mais pourtant indispensables comme les insectes, les abeilles, les chauves-souris, les taupes…

A chacun son espace

Sachons partager. La terre n’appartient pas qu’aux hommes et aux femmes. Notre jardin non plus. Il faut trouver un moyen de cohabiter sereinement, intelligemment, joliment.

Les usages de chacun et la dimension du terrain vont jouer évidemment un rôle déterminant dans nos choix. Il est cependant bien d’envisager de créer des espaces distincts pour que chacun puisse s’épanouir correctement. Voici donc une petite liste de ce qu’il est possible de faire.

Se détendre en famille

Soyons égoïste, commençons notre réflexion par nos loisirs. Car les maisons sont rarement adaptées aux retrouvailles pour les amis et familles nombreuses. Etre douze, quinze ou vingt personnes autours d’une table, avec des enfants qui courent partout, ce n’est plus envisageables pour beaucoup d’entre nous.

Le jardin, s’il est aménagé, va être la solution pour manger tous ensemble. Mais que faut-il prévoir ?

Une terrasse

Si on peut se contenter d’une table constituée d’une planche posée sur des tréteaux, les chaises n’apprécieront guère de s’enfoncer dans la terre. En premier lieu, il faut une terrasse suffisamment grande pour accueillir une grande table, des chaises, et des invités qui tournent autour. Prenez le temps de mesurer la largeur d’une table, une rangée de chaises de chaque côté, et du recul pour s’asseoir et se lever… Vous l’avez compris, la largeur de la terrasse ne sera confortable que si elle dépasse 2,5 mètres, voir 3 à 4 mètres.

Pour ce qui est de la longueur, l’idéal est de faire le tour complet de la maison avec une largeur de 80 cm à 1 mètre. Cela a bien des avantages. Outre le fait de conserver les pieds secs quand on va chercher une bûche à l’appentis, il y est aisé d’y passer avec une brouette ou un vélo.

N’oubliez pas que cette allée devra être réalisée, comme la terrasse, avec une pente supérieure à 1,2% (12 à 15 mm minimum de descente vers le jardin pour 1 m de large). Car la terrasse périphérique a cet avantage : elle éloigne les eaux de ruissellement de la maison. Les maisons anciennes apprécient d’avoir moins d’eau à leurs pieds. Surtout en terrain argileux, la terrasse maintient une hygrométrie plus stable au niveau des fondations, réduisant ainsi les effets dévastateurs des cycles de gonflement puis de retrait de l’argile. Cependant, il faut la réaliser correctement !

  • Le béton ne doit pas être en contact direct avec les murs de la maison.
  • L’enduit des murs de la maison doit s’arrêter au dessus de la terrasse, pas derrière. Car l’eau qui coule sur l’enduit lisse ou dans l’enduit gratté doit tomber sur la terrasse, pour glisser ensuite vers le jardin.
  • Si le terrain est plat, ou pire si la construction est plus basse qu’une partie du terrain, il sera judicieux de mettre en place un drain en périphérie de la terrasse. Le drain sera alors raccordé à un puisard.
  • Choisissez un revêtement de terrasse non glissant, facile d’entretien, ni trop claire (éblouissement), ni trop foncé (échauffement).

Avant de couler votre béton, prévoyez de passer des gaines pour divers futurs équipements :

  • Point de puisage pourvu d’une purge pour l’hiver
  • Eclairage extérieur décoratif et sécurisant
  • Prise de courant sur disjoncteur différentiel haute sensibilité pour les outils électriques
  • Attente pour divers équipements (piscine, jacuzzi…)

Prévoyez aussi les renforts nécessaires pour accueillir une future véranda.

Un pare-vue coupe-vent naturel

Pour profiter sereinement de sa terrasse durant les longues soirées d’été, il faut se préserver du vent.

Méfiez-vous de l’effet Venturi. Le fait de réaliser une clôture pleine et rigide ne réduit pas la force du vent. Le mur va détourner le vent, créant ainsi une dépression, et malheureusement aussi une accélération. Comprenez que la quantité d’air qui se déplace sera toujours la même. Ce n’est pas un mur de 2 m de haut qui va empêcher le vent de passer. S’il y a un obstacle rigide au passage du vent, le flux d’air parcourra un chemin plus long, il va donc s’accélérer avant de redescendre de l’autre côté du mur.

Il existe pourtant une solution. Elle s’appelle mère nature. Faisons confiance à la création : il n’y a rien de mieux qu’une haie et des arbres pour réduire considérablement le vent dans votre jardin. Le flux d’air n’est pas détourné, il est vraiment freiné. Au pied d’une haie à plusieurs strates, vous serez surpris de la façon dont le vent est réduit.

La haie composée d’arbres et arbustes a bien d’autres avantages. Elle assure le gîte et le couvert pour de nombreuses espèces d’insectes, d’oiseaux et d’animaux sauvages (hérisson, musaraigne, chat…). Vos enfants vont adorer !

Bien composée, la haie vive fait de l’ombre l’été, mais laisse passer le soleil l’hiver tout en réduisant l’incidence du vent ; c’est ce qu’on appelle le bio-climatisme. Votre facture de chauffage va adorer elle aussi !

Jardiner autrement

Un jardin doit être plein de qualificatifs pour apporter le bonheur. Essayer donc les qualificatifs suivants avec nos conseils :

  • Reposant
  • Embellissant
  • Ludique
  • Educatif
  • Enrichissant

Si votre jardin est devenu épuisant, c’est que probablement vous n’avez pas su trouver le bon équilibre. Vu le peu de temps libre que la vie active nous réserve, la dimension du jardin doit être adaptée à votre mode de vie, sa composition doit être équilibrée et harmonieuse, ses équipements doivent être sans entretien et automatisés. Envisagez aussi un coup de main deux fois par an pour tailler les haies et évacuer les déchets verts (voisins, amis, famille, chèque emploi-service).

Un jardin potager

Nul besoin d’être agriculteur pour avoir chez soi un petit potager. Même avec quelques soucis d’arthrose, il est possible de cultiver des fruits et des légumes sains sans se ruiner la santé.

Tout commence par le choix de l’emplacement. Il faut évidemment une zone lumineuse, bien exposée au soleil. Ensuite, les amateurs apprécieront de mettre en place des bacs surélevés remplis de terreau. Ainsi, oubliez la bèche impossible à enfoncer dans une terre calcaire. Oubliez le dos plié en deux et les courbatures. Le jardin devient un jeu d’enfant, et cela tombe bien, car c’est justement aussi leur place. Le jardin est un lieu de vie en famille. On y sème et on y plante toutes sortes de choses ludiques, des pépins de pomme, des noyaux d’avocat… On y observe la vie, on y recycle les déchets dans un composte, on comprend ensemble ce qu’est un écosystème.

Quand vous réaliserez vos bacs, n’oubliez pas que le bois pourrit rapidement s’il est en contact permanent avec de l’eau, même s’il est traité. Il vaut d’ailleurs mieux qu’il soit traité classe III. Mais ne jamais mettre le bois en contact avec la terre humide. Alors comment faire ? Il faut habiller le cadre en bois avec du plastique alvéolaire type Delta MS (matériau utilisé pour étancher les pieds de constructions) ou des plaques de toiture ondulée goudronnée type ONDULINE. Les plaques plastique et les goudronnées se déforment facilement pour épouser les bords des bacs en bois. Leur forme laisse passer l’air et permet au bois de sécher après chaque averse. Ainsi, le bois ne pourris pas, disons plutôt pourris moins vite ; tout dépendra de votre entretien.

Les bacs suspendus sur pieds permettent de jardiner des plantes sans grandes racines, des plantes qui poussent vers le haut. Ils sont peu profonds et nécessitent de concevoir un fond qui résistera à l’eau. Ils faut aussi y gérer soigneusement l’arrosage. La faible quantité de terre y devient vite soit trop sèche, soit trop trempée.

Les bacs posés au sol, sans fond, permettent d’envisager la culture de racines (carottes, pommes de terre, poireaux…). Avec 20 à 40 cm d’apport de terreau, vous pourrez mélanger 20 cm de votre terre calcaire et obtenir un mélange très souple facile à jardiner. La terre se remue à la main, sans outil. Un vrai bonheur. Il est facile aujourd’hui d’installer un arrosage automatique pour un investissement de 100 à 200 euros (tuyau poreux sans buses qui se bouchent, capteur d’humidité, programmateur d’arrosage sur pile et Wi-Fi, application pour smartphone).

Ainsi délimité par des cadres en bois, le jardin devient très joli. Il décore magnifiquement votre jardin. Un peu d’éclairage, et vous ravirez tous vos convives lorsque vous leur ferez gouter le fruit de votre production locale !

Un jardin botanique

Le jardin doit pouvoir accueillir quelques plantes décoratives. Laissez vous guider par un jardinier paysagiste. Il saura vous conseillez des plantes pas trop envahissantes tout en donnant un style à votre jardin. Vous pouvez créer un style exotique, japonais, méditerranéen, à la française ou à l’inverse à l’anglaise… L’idéal est de placer un espace décoratif près de l’entrée de la maison pour la rendre accueillante, et un autre à côté de la terrasse pour égayer les apéros.

Ne faites cependant pas l’impasse sur deux zones très importantes : le composte et la friche. Certes, elles ne sont pas bien jolies, mais elles sont indispensables. Réservez un espace d’au moins 10 à 20 m² derrière une haie ou un appentis pour que la nature puisse s’exprimer librement. Peut-être aurez-vous la chance d’y avoir quelques orties et des fraises sauvages. Les orties (en purain) ont le pouvoir de soigner les autres plantes ; autant vous dire combien elles sont bonnes pour notre santé ; essayez la soupe d’ortie, c’est gratuit et excellent aussi de goût.

Un jardin ludique

Le jardin est traditionnellement le lieu de détente des enfants et des chiens de compagnie. Un endroit doit leur être réservé pour leur permettre de courir, taper le ballon et laisser libre cours à leur imagination.

Tant mieux si vous avez la chance d’avoir un arbre suffisamment solide pour accueillir une cabane (surtout pas un cerisier par exemple qui a la réputation d’avoir les branches qui se casse facilement – gare à la chute). Sinon, la cabane trouvera sa place dans un endroit à la vue des parents qui seront heureux de garder un œil protecteur sur leur progéniture.

Les grands-parents seront heureux de participer à l’œuvre créatrice de la cabane idéale.

Préserver le bâti

Les végétaux peuvent endommager votre construction.

Cela n’arrive généralement pas lorsque la construction est saine. Les racines, bien que très puissantes, ne peuvent pas percer un mur ou un tuyau. Mais si elles trouvent une lézarde, elle peuvent alors s’y infiltrer et accentuer la fissuration.

Les arbres boivent beaucoup d’eau. Certains plus que d’autres. Il faut donc bien réfléchir avant de planter, ou inversement avant de déboiser. La réflexion est la suivante :

  • Le terrain est stable tel qu’il est est, ni trop humide, ni trop sec. Quelle incidence aura l’ajout ou la suppression des plantations sur les fondations ? Surtout si le terrain est argileux, l’ajout d’arbres trop proches risque de provoquer un retrait de l’argile par assèchement, et donc un affaissement difficilement réversible de la construction.
  • Le terrain constructible est placé en bas d’un champs ou d’un coteau. Une haie sera la bienvenue pour retenir et absorber l’eau de ruissellement lors des fortes pluies d’automne ou d’orage. La haie sera judicieusement plantée sur un merlon ou au fond d’un fossé.

Plantez, mais en prenant des précautions, pensez à sa taille adulte.

Quelle sera sa hauteur et son diamètre ? Il faut qu’il reste à une distance suffisante de la maison et de toutes lignes électriques. La distance au sol de la construction doit être égale à la taille adulte de l’arbre s’il est isolé. S’il s’agit d’un alignement de plusieurs arbres ou arbustes, prévoyez 1,5 fois leur hauteur. Cette distance sera encore augmentée si le terrain est en pente vers le bâti.

Prenez conseil auprès d’un expert

Laissez-nous vos coordonnées pour que nous puissions réaliser une expertise de votre terrain, de vos problèmes et de votre projet.

    Votre nom

    Votre email

    Téléphone

    L'adresse de votre projet :
    , et Rue :

    CP , et Ville :

    Votre message

    La transmission d’informations via ce formulaire implique l’acceptation des Conditions Générales d’Utilisation. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique. Vous êtes notamment informé que ces informations sont nécessaires à l’exécution des prestations et services demandés à ANAIS EXPERTISES. En conformité avec les dispositions de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir de https://anais-expertises.fr a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Vos coordonnées ne seront conservées que pendant 12 mois sur notre serveur mail si vous ne passez pas commande. Nous n'établissons pas de fichier de prospects. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification, et de suppression des données qui vous concernent (article 34 de la loi Informatique et Liberté nº 78-17 du 6 janvier 1978). Pour l’exercer, adressez-vous à ANAIS par mail à webmestre[arobase]anais-expertises.fr, par téléphone (0980085008), ou par courrier (ANAIS EXPERTISES, Rue du Grand Chemin, 14630 CAGNY) ou en expliquant dans le présent formulaire que vous souhaitez que nous effacions tous les messages vous concernant.
    image_pdf